mercredi 22 mars 2017

Martin Circus - 45t (1981)

1981
(Vogue)
rip 45t 320k
Fallait-il encore attendre quelque chose de génial des Martin Circus en 1981 ?… Pour moi, après 1977 le groupe a petit à petit perdu tout ce qui faisait que j’aimais leurs chansons. Ok, ils ont été malin en virant disco, et se sont bien exportés, mais perso je trouvais que ce style ne leur ressemblait pas. C’était juste devenu une machine à cash… La vague passée, voilà qu’ils tentent d’attraper la nouvelle vague electro pop, et là… c’est le bouillon, la vague en pleine poire. Je trouve qu’il n’y a pas grand chose à sauver dans le cru 1980, tant c’est vain, poussif.
Alors qu’attendre de l’unique 45t paraissant en 1981… « Bingo-Banco » est toujours electro pop, mais je retrouve enfin un peu de ce j’aimais chez eux avant le virage disco. Bon, il faut être réaliste, les Martin Circus des 80s s’est du Gérard Blanc avant l’heure. Enfin, à l’écoute c’est mon impression.
Quant à « Mes vœux les plus saints », comment ne pas penser aux frères Costa ! Ce n’est pas mauvais, mais ce n’est définitivement pas ce que j’attendais des Martin Circus… 

A) Bingo-Banco (E. Courtois - G. Blanc - S. Pauchard)

B) Mes vœux les plus saints (Yves/Erwann Dessca - Alain Pewzner)

lien de secours


15 commentaires:

  1. Martin Circus , j'en suis resté à leurs 4 premiers albums jusqu'en 74 , pour le reste je n'ai plus trop suivi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Martin Circus est un caméléon, alors je crois qu'on peut aimer un style et pas un autre. C'est juste une question de goût.

      Supprimer
  2. Ça sent la fin des haricots ! C'est leur dernier titre chez Vogue et ce qui suivra sera encore plus galère et l'impasse complète dans les charts.
    Blanc va partir en solo en gardant pour lui les plus belles compositions.
    L'opportunisme ne paie pas toujours et ce côté electro bontempi est navrant.
    Je rejoins Jo sur le côté "Costa" de la B, mais finalement passe-partout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'intérêt réside surtout dans le fait que ce 45t est moins courant et oublié des compilations

      Supprimer
  3. Coïncidence, je tombe sur ce post au moment où j'écoute Chevauchée fantastique, sur Acte 2, des mêmes Martin Circus. Hélas, le ver était dans le cirque pratiquement dès le début, et à côté de petits chefs d'œuvre pop progressif comme Tout Tremblant De Fièvre ou Boudjateelack, il fallait se taper A Dada Sur Paranoïa et Je M'Eclate Au Senegal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaque membre avait sa vision des choses, donc je pense qu'il devait y avoir pas mal de compromis, de discussions animées. En même temps c'était pas mal ce côté hétéroclite.

      Supprimer
  4. Pire que la fin des haricots dixit Doc Vinylo ... la relégation en division "groupe de baloche amateur" où il faut obligatoirement un retour à l'usine la semaine ... et comme les usines ferment, ils sont dans la merde !
    Je noircis un peu parce que certains à partir de 1977 sont partis explorer le punk parodique chez Bulldozer ... en plus ils avaient la technique des musicos de studio ... que les punks avaient peu ... d'où une certaine incompréhension des plus bas de plafond du mouvement ... ceux sans le sens de l'humour surtout.
    Les anciens d'ABDD s'en sortent un peu mieux eux !
    Après Je m'éclate qui était en plein dans son époque de 1971, moins ou pas prog et La Révolution Française (comme interprètes/acteurs), les gus s'enfoncent, rien de passionnant musicalement sauf un petit Mon Copain Tintin vers 1979.
    Tout est moyen côté prod, inspiration et chansons, ça va virer Sheila et Ringo avec les trois derniers de l'Épopée du Général Circus/Jean Richard (qui lui aussi est dans la merde à la même époque, le cirque c'est plus ça !)
    Je suis moins tranché que Klaus Building et Gaby, mais comme je trouve mon bonheur musical ailleurs, je m'en fous !
    Gérard Blanc attendra encore un retour en grâce ... bien long, un peu un revival tour pourri ("à la Forbans").
    Ce qui reste de Martin Circus est un caméléon en panne de teinture à la différence d'un Bowie qui invente de nouvelles couleurs !
    Vu les différences d'orientation dès le début ... succès facile ou avoir un répertoire durable par exemple, il y a du avoir quelques frictions ... c'est le lot courant de tous les groupes hélas !
    Pour moi c'est comme Vidal, je sors le dictionnaire médical pour chercher de quoi ils ont souffert :-D dès les premières secondes des zippys !
    Un truc au poil et pratique au milieu des seventies !
    https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/15578793_1235934086499477_5616072001775142794_n.jpg?oh=77a0249c4b00b941db125741b65d931d&oe=5955DC77
    Le Gabuz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca, avec Bulldozer on entend parfaitement le fossé qui séparait alors les zicos du Martin Circus au milieu des 70s ! Entre la tendance punk et la tendance disco... ils étaient irréconciliables !
      Quand on est d'accord sur la ligne à tenir dans le groupe, on peut toujours s'accrocher et attendre que le succès revienne, ou pas. Comme Slade l'avait fait, jusqu'au départ en retraite de Noddy. Puis par la suite capitaliser sur la nostalgie, pépère. Mais ce n'est pas évident d'arriver jusque là, c'est sûr.

      Supprimer
  5. Refusée chez Ruquier, la vanne pourrave : avec Bingo-Banco, Martin Circus n'a rien palpé, même pas chez Guy Lux !
    Attends, ça risque d'être pire, parce que j'ai pas encore ma dose de bières !
    Sans les bières et sans Martin Circus :
    https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/13925340_1105655762860644_752764896355477300_n.jpg?oh=d10260319dcb92ea2de8f2d5c9d09706&oe=5952CE52
    Le Gabuz
    Le Gabuz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les photos. Extra !

      Supprimer
    2. Dur mais lucide Gabuz.
      Être et avoir été disait un sage.
      Plus dur sera LE chut !
      Je n'ose même pas imaginer à quoi ressemble l'unique 45t "Solange" sorti chez Eddie "la bonne planque" Barclay et vendu un bras sur la toile tellement il est (pas bon) rare car peu de pigeons pour l'acquérir à l'époque.
      Déchéance et sortie pathétique.
      J'ai décroché après le scintillant "Shine baby shine"
      Après c'est "Une autre histoire "

      Supprimer
  6. Bonjours a tous et a Jo,
    merci pour cette rareté! . a+

    RépondreSupprimer
  7. Heureusement que je ne m'en souvenais pas, je serais resté sur un arrière-goût désagréable, même sans les haricots :-(

    RépondreSupprimer
  8. J'ai ce disque dans ma collection et j'ai toujours hésité à le sortir de la naphtaline vu les daubes qu'ils sortaient à l'époque.
    Finalement, à l'écoute, ce n'est pas si désagréable que cela aurait pu être. Mais en blind-test, je n'aurai jamais pensé à Martin Circus et j'aurais pensé également aux Costa...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moins bon que le Martin Circus de la meilleure époque, mais pas pire que beaucoup de disques parus en 1981. A reconsidérer donc.

      Supprimer