vendredi 4 décembre 2015

Little Sammy Gaha - 45t (1973)

1973
(Helle Baker)
rip 45t 320k
A l'écoute de la face A de ce chanteur installé en France (à l'époque), mais originaire d'Australie, je me suis dit "curieux, on dirait Alvin Lee avec ELO comme orchestre !". Les intonations et les violons sur un rythme Blues Rock assez lourd. C'est exactement ça !
La face B m'a par contre fait penser aux Rolling Stones. Mais là, il y a une explication :
Little Sammy Gaha was personal assistant to Keith Richards for two of their tours in the 70s. He also played at Mick Jagger's wedding in 1971 with the band Blue Beard. Later when he moved back to Australia he would catch up with the band whenever they were in Sydney. At one gig though he thought the bass drum kick was a little heavier than usual. Turned out he was having a heart attack.
Bon, les deux chansons ne sont pas exceptionnelles, mais il y a de l'énergie. Et puis je ne pense pas que ce chanteur ait été réédité sur CD (à part un autre morceau sur la très intéressante compilation "Têtes Lourdes").
Pour l'anecdote, dans les crédits figure le nom de Don Prince. Il s'agit en fait de Jacques Morali, futur producteur, notamment, de Village People.

A) Rock 'n' Roll Is Back Again 2:51

B) Come 'n' On Strong 3:56

lien de secours

8 commentaires:

  1. Je ne connaissais que "Heavy head" encore plus dynamique...
    Il a commis un autre disque avec un autre expatrié, Vangelis (donc beaucoup plus soft) : https://www.youtube.com/watch?v=zKOLERn3Bmo

    PS : Tu as trouvé une version CD de "Têtes lourdes" avec le sous-titre "Français metal de prolo"?
    Je n'en ai pas trouvé la trace sur le net..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fichtre ! En 2 ans de temps il est passé d'un rock très puissant à de la variété fadasse.

      La compile "Têtes Lourdes", je l'ai récupéré en mp3.

      Supprimer
    2. Merci ce doit être la même que j'ai :-)

      Supprimer
  2. Magnifique Teddy Boy !! Le Gabuz

    RépondreSupprimer
  3. Musicalement, c'est du craignos de première bourre! Y'a que la section rythmique qui s'en sort moyennement. Pour Alvin Lee, il ne faisait pas dans le lourd, c'était plutôt une fine gachette, spécialisé dans le blues jazzy, mais aussi capable de varier son style guitaristique. Il n'y a que ses (trop) long solos de guitare avec ses montées et descente de manche à toute berzingue (pour l'époque) qui le font entrer dans la dite catégorie des craignos. Sinon, une fois la rage passée, quel fin joueur aussi bien à l'acoustique que l'électrique. J'ai eu l'occasion de le voir en concert de très très près à Jouy-en-Josas avec TYA (et aussi au festival de l'île de Wight 1970, mais de bcp plus loin). La claque! Il a eu la mauvaise idée de décéder en Espagne en 2013...

    La photo de Little Sammy Haga arrache un max, surtout sa coupe de tifs! Plutôt pratique pour nettoyer les lustres bas de plafond! Enfin un chanteur qui a trouvé sa voie...

    ps: j'ai vu des photos de lui sur gougueule, ou il est plus jeune, mais tout aussi effrayant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Alvin Lee je faisais juste référence à la voix bien sûr.
      J'ai connu TYA en voyant les images à Woodstock. Stupéfiant !

      Supprimer
  4. C'est justement ça le problème. A. Lee est devenu un guitar hero à cause du film (Woodstock, j'y étais pas, bcp trop loin, surtout à la nage). C'est plus de l'esbrouffe guitaristique, et qu'il a du répéter pour le reste de sa carrière, alors que son travail en finesse est passé aux oubliettes. Il faut écouter absolument le 1er Ten Years After, où toute sa palette est représentée, et un super choix de morceau, entre originaux et reprises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord ! C'est juste que, comme pas mal de monde, le film m'a permis de découvrir beaucoup d'artistes et de groupes. Et par extension, bien d'autres par la suite.

      Supprimer