dimanche 26 février 2017

Fernand Raynaud - EP (1963)


1963
(Philips)
rip EP 320k
(merci Doc)
Je l’affirme tout de go, Fernand Raynaud est un génie ! Quand je regarde ses sketchs, je suis toujours stupéfait par la modernité du propos, mais également la façon de se mettre en scène. Tout était pensé, millimétré. Les voix, les personnages, la gestuelle, les accessoires… Il était ce qu’on appelle un artiste complet. Sans parler des films ! Bon, ce n’est pas ce qu’il a fait de plus mémorable, mais c’est à voir comme un prolongement de ses personnages.
Ce disque proposé par le Doc aborde encore une autre facette. Qui ne vous décevra pas, car là aussi le résultat est admirable dans le craignos ! Mais en premier lieu surprenant pour ceux qui ne savaient pas que Fernand chantait, et bien. Enfin, à sa façon… :)
« Et v’lan passe-moi L’éponge » semble être la première, ou une des premières chansons de Jacques Martin. Celle-ci, comme « Le poète et la fille » ont, je pense, été spécialement écrites pour Fernand. « Telle qu’elle est », ou plus précisément « tel qu’il est » de Berthe Sylva, date de 1936. Et « Lena », une reprise de l’immense Boby Lapointe, est un titre présent sur son EP de 1963, celui avec « L’hélicon » (pon pon pon pon !)

A1 Et v’lan passe-moi L’éponge
A2 Le poète et la fille
B1 Telle qu’elle est

B2 Lena

Et v’lan, le lien !

10 commentaires:

  1. J'ai fait le 22 à Asnières pour laisser un commentaire mais cela ne répond plus ...

    Ces chansons me font penser à Bourvil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la chanson pas sérieuse, mais fait sérieusement.

      Supprimer
  2. J'avais entendu l'histoire de "Eh Vlan..." dans une emission sur Jacques Martin l'année dernière. C'était un canular au départ à la radio (Martin après le passage d'un titre à la radio trouvait que l'on pouvait encore faire plus con et l'a improvisé quasiment en direct. De l'autre côté, Fernans Raynaud écoutait la radio et ça l'a tellement fait marrer qu'il a pris sa voiture pour aller voir Martin pour enregistrer ce disque qui s'est vendu à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires... L'avenir montera que l'on pouvait encore faire plus con...
    J'aime bien Fernand Raynaud même si son comique de répétition m'agace parfois.
    Côté chanteur, je connaissais sa parodie de Ferr "Ho Eh Hein Bon..." pas mal non plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne m'étonne pas pour l'histoire de "Et v’lan passe-moi L’éponge". Jacques Martin, comme Jean Yanne, avait une idée à la seconde !
      Je serais curieux d'écouter sa parodie de la chanson de Nino.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Sublime ! Du très bon craignos quatre étoiles !
      Merci :)

      Supprimer
  4. Fernand Raynaud était un défricheur de l'humour visuel (souvenir du sketch du Défilé du 14 Juillet), du comique de répétition (ex : Les Croissants, C'est le Plombier), le non-sens et des textes à l'ambition sociétale (avec pour sujet le racisme, le paysan nanti, le trafic de drogue, la famille .... surtout celle de Mlle Lelonbec !
    Pour compléter MemorHits Seric et faire mon Fabien Lecave d'occasion et pas inspiré, une anecdote de Jacques Martin des 80's ... probablement entendu aux Grosses têtes :
    Un question sur les grands textes français l'a fait se souvenir qu'il avait touché pas mal de droits d'auteur pour ce texte et il se lamentait car de grands auteurs français, Balzac par exemple, étaient dans la misère une bonne partie de leur vie ... sa conclusion étant que des fois "la merde" nourrit son homme ! Un peu d'humilité ne fait pas de mal !
    Autre infos : le compositeur est le vieux complice aka Popof du duo Kiki (Bob Quibel) et Popof qui l'accompagnait aussi pendant ses Midi-Magazine du début 70's.
    http://www.ina.fr/video/I12244839
    Sans Fernand Raynaud, Coluche aurait eu plus de mal à faire son chemin, car celui-ci a défricher un peu le terrain !
    Merci Jo d'exhumer ces textes pourris mais salutaires dans la connerie ambiante de l'époque "coinceman" gaullienne et pompidolienne ! Mais j'ai l'impression qu'on y retourne vers ses sales ambiances à la mentalité étriquée et conformiste !
    Le Gabuz
    http://img.over-blog-kiwi.com/0/95/30/84/20150825/ob_b1bf82_9782749131528.JPG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est remarquable avec quelle vivacité d'esprit Jacques Martin fabriquait les émissions. Je me souviens aussi d'improvisations avec Jean Yanne et Sim, notamment, aux Grosses Têtes. Dans la jeune génération je n'en vois pas qui ont ces capacités alliant le jeu, le chant, la musique et les textes, d'une grande bêtise, mais interprétés comme si c'était des classiques.

      Supprimer
    2. Beaucoup étaient des polyvalents multi-culturels, multi-talents et transgressifs ... Françis Blanche, Jean Yanne, Jacques Martin, Raymond Devos, qq chansonniers aussi et dans une moindre mesure Desproges et Coluche (ces derniers beaucoup plus anars et politiques).
      Impossible que par exemple Kev Adam ou un autre (pourtant télé, cinéma, spectacle, etc...) ne laisse un tel souvenir parce qu'ils ne cherchent pas à choquer, ni à écraser les poncifs et les idées reçues ...
      Feu Laurent Violet, Baffie et Michel Muller (à voir ou à revoir dans le film Train de vie) s'en sont néanmoins approchés !
      Stéphane Guillon et Didier Porte sont moins multi-talents mais ils ont réussi à écorcher et ils ont payé !
      Eli Semoun est pas mal dans le non-consensuel aussi mais il s'est druckerisé et mal bossa-nové un peu avec l'époque télévisuelle qui fait pression !
      Le Gabuz
      https://media.giphy.com/media/R29TGngbrVYkM/giphy.gif

      Supprimer
    3. Je suis d'accord pour ceux que tu cites (J'y ajouterais Alévêque), mais soit ils finissent par être virés ou boycottés, soit ils se Druckerisent. Baffie s'en sort plutôt bien, malgré l'échec pas mérité de son film. Comme quoi tout n'est pas perdu.
      Pour Eli, j'ai lu il y a quelques jours qu'il n'était pas exclu qu'il remonte le duo avec Dieudonné (qui lui est un électron libre). Si ça se fait, ce qui va être intéressant c'est de voir comment vont se comporter les médias. Pour l'écriture là ils savent les bougres. Avec les Inconnus, Eli et Dieudonné avaient à l'époque réalisé des choses réjouissantes et subversives à la TV.

      Supprimer