jeudi 11 août 2016

Alain Barrière - 45t (1977)


1977
(Albatros)
rip 45t 320k
A l’instar (était son nom…) de Pascal Danel, plus je découvre les chansons d’Alain Barrière, plus j’apprécie. Je sais que je l’ai déjà écrit, mais il fait partie des nombreux chanteurs un peu vite ringardisés. Ce n’est pas parce qu’ils étaient aimés de nos parents, voir grands-parents, que leurs disques sont devenus mauvais ! C’est bête de rejeter, sans même vouloir y poser l’oreille, sous prétexte que ce n’est pas, ou plus, à la mode. Si je pousse le raisonnement jusqu’au bout, il faut en conclure que la mode d’aujourd’hui sera donc le ringard de demain… C’est absurde. Pas un ado d’aujourd’hui n’est prêt à entendre cela !
Pour en venir à ce 45t. Si « Et tu fermes les yeux » est une belle chanson à l’ambiance de folklore grec, elle ne présente pas de réelle surprise. Par contre, « Boopie » montre une facette inattendue d’Alain Barrière. Un instrumental, comme j’en ai jamais entendu chez lui, à savoir du… bluegrass.

A) Et tu fermes les yeux

B) Boopie (instrumental)

lien de secours

20 commentaires:

  1. Gros tube à l'époque.
    C'est un chanteur que j'aime bien dans ces années-là
    Le problème comme pour beaucoup, c'est que c'est souvent dur de trouver des rééditions qui ne soient pas des enregistrements (même si elles sont de qualité)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux dire des réenregistrements ?

      Supprimer
    2. Tu as rectifié de toi-m^me ;-)

      Supprimer
  2. Face b fort étonnante et sympa, allez hop au composte !

    RépondreSupprimer
  3. Face B surprenante, en effet. Variations sur 'Guitar Boogie'. Il jouait donc de la guitare le menhir. Sinon, les chansons de M. Barrière je les trouve aussi kitsch qu'à l'époque ; elles restent pour moi dans le domaine du craignos : celles des années 70 un peu avancées, je précise. Et bien sûr, ce n'est que mon appréciation personnelle. Ce qu'il ne veut pas dire qu'elles n'ont aucun charme. De plus, comme Richard 'l'Homme sans cou', ses productions partaient dans toutes les directions musicales, donc souvent surprise/déroutant/fréquents échecs ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour toutes ces raisons que je suis friand des disques du bonhomme. Un savoir faire évident dans le domaine du bon craignos :)

      Supprimer
    2. Faut-il fermer les oreilles aussi ?

      Supprimer
    3. Tu fermes ce que tu veux. Les yeux, les oreilles, le gaz, le robinet, le guichet, la porte, le ban...

      Supprimer
    4. ma gueule aussi j'imagine ? :))

      Supprimer
    5. Et si tu fermais boutique, tout simplement !

      Supprimer
    6. Si tu ne l'aimes pas, tu en changes, tout simplement !

      Supprimer
  4. Moi je dis simplement que l'homme qui a su lancer François Corbier, le seul et unique barde authentiquement altermondialiste-écolo-rebelle, ne peut pas être foncièrement mauvais, et il faut saluer ici une telle audace et ce courage exceptionnel.
    Après un 1er 45 tours chez Albatros en 68, personne en effet n'osa produire le chanteur-guitariste-barbu-contestataire qui faisait trembler la France pompidolo-giscardienne, et il faudra attendre 84 pour qu'il puisse sortir son second single : l'inoubliable "Nous les mille pattes" (https://www.youtube.com/watch?v=aLIMjc1N5k8).
    Ah ! s'il n'avait dû s'exiler à l'étranger injustement lâché par les siens, Alain Barrière lui aussi aurait su enchanter le Club Dorothée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vous lire, champomy power, je me demande si vous n'êtes pas fan absolu de Corbier, au point de recevoir des mails de lui de temps à autres ?

      Supprimer
    2. François Corbier qui continue à écrire de remarquables chansons et les interpréter par monts et par vaux.

      Supprimer
    3. Vous m'obligez à faire mon coming out Rennesman.
      Corbier écrit en effet aux gens de bonne volonté susceptibles d'être pénétrés par son art. La première lettre que j'ai reçue de lui il y a une bonne 10aine d'années, je n'ai pas dû me laver l'oeil pendant huit jours ni le fermer, médusé devant cette conjonction des astres.
      Pour accroître encore le plaisir, les missives de ce poète épatant sont aussi longues comme un bras que les messages envoyés sur internet des bombasses russes sont télégraphiques.
      Vous avez bien raison de lui rendre ici justice M. Jo. Sa protest song récente sur le naufrage de l'Erika est aussi entraînante que l'Amoco d'Alain Barrière le fut en son temps.

      Supprimer
    4. "La première lettre que j'ai reçue de lui il y a une bonne 10aine d'années"

      Vous en avez fait profiter certains de vos collègues de l'époque de ces mails magiques où Corbier avait l'art de supplier d'avoir des dates de concert sous peine de se retrouver à la rue. C'est ça l'art unique de la promotion. Chapeau bas Monsieur Corbier car vous êtes LE génie ignoré dont le talent sera reconnu bien trop tard j'en ai bien peur

      Supprimer
    5. Mais son talent est déjà reconnu par ceusses qui vont le voir, et aussi l'écouter. A Steenwerck et plein d'autres chaleureux endroits !

      Supprimer
  5. Une bien belle plume ce Champomy Power(dirait-on (laveur) de nos jours : "un bien beau clavier ?"... mais je m'égare)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou un Bobic pour certains enfants de la (ba)balle.

      Supprimer